Le digilocalisme, combiner l’amour du local à la transition numérique

30 jan 2021 | Myriam Ertz, Damien Hallegatte, Julien Bousquet et Imen Latrous

Le développement des technologies numériques a favorisé l’émergence de géants du commerce de détail, tel Amazon, lesquels avaient déjà une longueur d’avance sur nos petites PME. Or l’attrait pour l’achat local, exacerbé par la pandémie, fait émerger un autre phénomène : le «digilocalisme», grâce à des plateformes qui combinent la consommation en ligne à l’intérêt local. Ainsi ont émergé des plateformes comme le Panier Bleu, Ma Zone Québec, Boomerang, inc., J’achète au Lac, ou la boutique en ligne du Complexe Desjardins. Mentionnons aussi la plateforme EVA permettant de devenir chauffeur dans un cadre coopératif et d’avoir une influence en tant que propriétaire de l’entreprise.

Le digilocalisme comprend également, les nombreux commerces locaux qui se sont adaptés au confinement et à la fermeture des commerces non-essentiels, en créant une présence en ligne, notamment par le biais de « solutions de places de marché (marketplaces) clés en mains ». Globalement, ces diverses reconfigurations marchandes donnent du sens aux activités de consommation et de production.

Lire la suite sur le site du journal Le Soleil

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :