Rendre notre société plus résiliente: passer de la gestion de crise à la gestion de risque

16 jan 2021 | Daniel Desroches, PHD et Thierry Lefèvre

Justifiée par une crise sanitaire sans précédent, la réaction de l’État québécois face à la COVID-19 a eu une ampleur qui contraste avec le peu d’attention accordée au dérèglement climatique, à la pollution et à la dégradation des écosystèmes. Alors que ces problèmes environnementaux ont déjà des impacts économiques considérables, l’absence d’anticipation chronique dont souffre l’État met en lumière des failles de gouvernance qui exposeront la population à de nouveaux périls.

Au point de vue institutionnel, la création d’une agence nationale de prévention des risques environnementaux permettrait de prévenir, et ainsi de mieux affronter collectivement, les crises liées aux dégradations environnementales.

Lire la suite sur le site du journal Le Soleil

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :