Une politique de collaboration canadienne sur le numérique

31 oct 2020 | Mireille Bonin

La montée du numérique et de ses impacts sur nos territoires et sur nos vies sont devenus une source d’inquiétude et d’engagement citoyen, non seulement pour faire connaître divers points de vue, mais aussi pour que des décisions soient prises au niveau législatif afin de protéger les Canadiennes et les Canadiens de l’invasion numérique sur nos vies privées et sur notre environnement.

Une des sources d’inquiétude est la concentration du pouvoir des grands monopoles privés du numérique entre les mains d’entreprises américaines, les fameuses GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple). À titre d’exemple nous avons été troublés de suivre l’expérience des citoyens de Toronto  qui se sont battus à partir de 2017 pour éviter que Sidewalk Labs – une entreprise reliée à Google – prenne le contrôle à la fois du projet de « ville intelligente » sur leur Waterfront et des données prises sur ce territoire [1].  Ce projet illustre l’accaparement d’un territoire par une multinationale étrangère qui n’est pas redevable des impacts environnementaux et sociaux qu’elle occasionne. Elle peut installer ses capteurs et ses caméras où bon lui semble pour mettre en place l’internet des objets, ce que les citoyens de Toronto ont pourtant considéré comme superflu. Elle peut aussi prendre des données personnelles d’individus sans leur consentement et dont elle pourra se servir à son compte sans compensation.

Lire la suite sur le site du journal Le Soleil

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :