Les changements climatiques : bénédiction ou malédiction, l’effet COVID-19

22 oct 2020 | Daniel R. Rousse, ing., M.Sc.A., Ph.D.

(3/3) Un premier article de cette série a montré, que pour impactant qu’ils soient, les changements climatiques ne sont que la partie visible ou ressentie directement par nos sens de quelque chose de plus intense et de plus profond : la destruction rapide, croissante et systématique des écosystèmes autour de nous.

Un second article de trois a tenté de montrer que tant que le mot « développement », sous-entendant croissance, sera associé à un nouveau rapport à notre environnement, nous ferons fausse route. Tant que le sens de la vie passera principalement et chaque année davantage par la consommation, aucun changement ne sera possible ni dans notre qualité de vie, ni dans celle de notre environnement. Il n’y a qu’un moyen de freiner la destruction de la planète, de réduire progressivement notre impact, de laisser à la terre la capacité de se régénérer, de revaloriser les relations humaines, de nos reconnecter à notre environnement. Il s’agit de planifier une décroissance soutenable.

Lire la suite sur le site du journal Le Soleil

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :