La COVID-19: un nouvel élément de sélection naturelle?

18 avril 2020 | Patrick Provost

Début décembre 2019. Absolument rien ne laissait présager que, quelques mois plus tard, nos vies basculeraient vers l’actuelle pandémie de COVID-19 et l’état d’urgence sanitaire décrété pour ralentir sa propagation. Ici, le Québec tout entier est sur pause et subit sa première vague d’infections. L’agent pathogène qui provoque la COVID-19 est un coronavirus appelé Severe acute respiratory syndrome coronavirus 2 (SARS-CoV-2).

Il est apparu dans un marché public de la ville de Wuhan, situé dans la province chinoise de Hubei, en décembre 2019. Plusieurs rapports suggèrent que cette éclosion de SRAS-CoV-2 émane de la transgression par l’espèce humaine des barrières naturelles qui le séparent des espèces animales indigènes vivant dans leur écosystème — une étude récente, publiée dans la revue Nature, pointe vers le pangolin comme mammifère intermédiaire de ce virus, alors que la chauve-souris en constituerait le réservoir.

Lire la suite sur le site du journal Le Soleil

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :