Plutôt que de soutenir les sables bitumineux, il faut en sortir

Print - copie

11 avril 2020 | Éric Pineault et Anegela Carter

Le Canada est confronté à ce qui sera certainement sa plus grande crise économique depuis 1929. Situation sans précédent, aucune récession récente n’a vu une augmentation si soudaine et rapide du chômage, aucune crise n’a si rapidement fermé tant d’entreprises, asséché si rapidement la circulation des revenus dans l’économie, et aucune n’a vu les dépenses de consommation s’effondrer si rapidement.

Mais n’oublions pas les éléments de conjoncture datant d’avant la pandémie qui vont amplifier ce choc initial, dont le surendettement des grandes entreprises nord-américaines et la précarité financière des ménages les plus durement touchés par le ralentissement forcé de l’activité économique.

Lire la suite sur le site du Soleil

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :