Le rôle de l’économie sociale dans la transition vers l’après-croissance

30 mars 2020 | Éric Pineault

Article en 3 parties

Pendant tout le 20e siècle, la stabilité de l’ordre social a reposé sur un impératif : la croissance. L’État y trouvait une source de revenus pour financer ses interventions, le mouvement syndical, un moyen d’atteindre le plein emploi et les grandes entreprises y voyaient un espace d’expansion de leurs activités. Aujourd’hui, la croissance est de plus en plus pointée du doigt comme la source principale des dérèglements écologiques. Les différentes propositions pour concilier croissance économique et lutte contre les changements climatiques sont reçues avec une saine dose de scepticisme, à la fois par les mouvements environnementalistes et par le grand public.

Mais alors, quelle est la meilleure manière de sortir de ce modèle ? Quelles sont les institutions économiques compatibles (voire porteuses) d’une société d’après-croissance ?

Nous en avons discuté avec Éric Pineault, professeur au Département de sociologie de l’UQAM, membre de la Chaire de recherche UQAM sur la transition écologique, de l’Institut des sciences de l’environnement et chercheur associé à l’IRIS. En résulte une série de 3 billets de blogue* qui commencent par poser des constats avant de proposer des chantiers majeurs auxquels l’économie sociale et solidaire peut activement prendre part.

Lire la suite sur le site de TIESS

Deuxième partie

Troisième partie

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :