Sortir du capitalisme fossile

Print - copie


24 mars 2020 | Éric Pineault

Selon le scénario 2040 de la Régie de l’énergie du Canada, l’extraction de pétrole au pays devrait croître de 49 % au cours des vingt prochaines années, une croissance essentiellement attribuable aux sables bitumineux albertains. De 4,8 millions de barils par jour (Mb j) en ce moment, la production s’élèverait à 7,1 Mb  /j en 2040. L’autre grande tendance qui confirme l’emprise de l’extractivisme sur l’économie canadienne est le boom gazier en cours dans la formation géologique Montney, située à cheval entre l’Alberta et le nord-est de la Colombie-Britannique. […]

Le Canada n’est pas uniquement un important extracteur et exportateur d’hydrocarbures, il figure aussi parmi les plus importants consommateurs d’énergie fossile par habitant. […] Ainsi, rien ne laisse présager que le Canada puisse tenir ses engagements de réduction des émissions de GES d’ici le milieu du XXIe siècle.

Cette situation est liée à l’existence d’un oligopole formé d’une douzaine de grandes entreprises monopolistiques contrôlant l’essentiel de l’extraction de pétrole et de gaz, auxquelles s’ajoutent une poignée de transporteurs, dont TransCanada et Enbridge, qui contrôlent une part significative des gazoducs et des pipelines de l’Amérique du Nord. […]

Lire la suite sur le site du Devoir

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :