Le gaz naturel n’est pas une énergie de transition pour le Québec

Print - copie

21 mars 2020 | Bernard Saulnier

Comment évaluer un projet industriel qui ambitionne d’exporter pendant une période de 25 ou 50 ans un volume annuel de gaz naturel équivalent à trois fois ce que le marché intérieur du Québec consomme? Comment juger la pertinence et les conséquences d’un tel projet, si l’examen évacue en amont les impacts sociaux et environnementaux des approvisionnements en produits de base et en énergie, et en aval ceux qui surviendraient inévitablement tout au long du trajet parcouru par le gaz naturel fossile pendant son transit jusqu’à sa consommation finale outre-mer?

Le lancement des audiences publiques du BAPE sur le complexe Énergie Saguenay de GNL Québec a eu lieu le 4 mars dernier à Saguenay, avant de se voir interrompre par l’actuelle crise du coronavirus. Néanmoins, les questions soulevées par les citoyens devant les commissaires sur les enjeux de ce projet ont permis de réaliser que l’approvisionnement en gaz naturel de l’usine de liquéfaction, de même que le transport du gaz naturel liquéfié (GNL) jusqu’à son usage final en aval, seront exclus du mandat d’enquête du BAPE; le mandat se limite à « l’enjeu du fonctionnement du complexe », selon les dires du président de la Commission.

Lire la suite sur le site du journal Le Soleil

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :