Plus gros, plus fort, plus polluant

Print - copie

17 février 2020 | Mathieu Charron

J’écoutais Tout le monde en parle, dimanche. En fait, j’écoutais les publicités entre deux entrevues. C’est là que ça m’a frappé. Coup sur coup, une publicité de pick-up (gros, fort, wow!) puis une publicité contre la cigarette (ouache, dégueu, danger!).

La première publicité, financée par l’industrie, alimente une consommation massive de gros véhicule. D’ailleurs, selon l’État de l’énergie au Québec, près des deux tiers (64%) des véhicules neufs achetés au Québec sont des « camions légers ». Or, ces véhicules émettent beaucoup de CO2, contribuant au réchauffement climatique, mettant à mal la santé de la planète et de ses écosystèmes.

La seconde publicité rajoute une couche de sensibilisation pour un autre enjeu de santé publique : la cigarette. Subventionnée par une foule d’organismes gouvernementaux et paragouvernementaux, elle nous rappelle une fois de plus les dangers du tabac.

Quand on prend le temps d’y penser, le contraste est évident.

D’un côté, on cherche à vendre du rêve pour faire du profit.

De l’autre, on cherche à sensibiliser sur les coûts cachés de plaisirs éphémères.

Lire la suite sur le site du Droit

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :