Monsanto aurait dû adopter un principe de précaution

Print - copie

13 août 2018 | Alexis Caron

La science ne se règle pas à la cour de justice, mais la responsabilité des entreprises, si. Le récent jugement dans l’affaire Dewayne Johnson contre Monsanto ne scelle pas le débat scientifique sur le glyphosate, mais il suggère que le géant de l’agrochimie aurait dû adopter le principe de précaution pour mieux protéger son client.

« La littérature scientifique n’explique pas comment les herbicides à base de glyphosate provoquent des lymphomes non hodgkiniens, mais on voit tout de même une association au niveau épidémiologique », affirme Élyse Caron-Beaudoin, toxicologiste et postdoctorante en santé publique à l’Université de Montréal. « Il n’y a pas de consensus, mais il y a suffisamment de petits drapeaux rouges pour adopter le principe de précaution », juge-t-elle.

Lire la suite sur le site du Devoir

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :